Edition 2012

Le texte lauréat 2012 publié à la Librairie Théâtrale

Une très bonne nouvelle pour Louise Caron, co-lauréate 2012, dont le texte « comme un parfum d’épices dans des odeurs de menthe » sera prochainement édité à la « Librairie Théâtrale ». Félicitations à Louise et bon vent à son texte.

Publicités

Un premier bilan des 16èmes « Rencontres »

Commençons par rappeler le résultat de l’édition 2012 du concours, pour ceux qui n’étaient pas là dimanche soir.
Après délibération nourrie tant les 5 cinq étaient de qualité, le jury présidé par Sabine Tamisier a souhaité choisir deux co-lauréats. Il s’agit de Louise Caron pour son texte « Comme un parfum d’épices dans les odeurs de menthe » et Laurent Vallerbe pour « La boutique de disputes ». Sans vouloir décourager les autres, comme l’a souligné Sabine. Danielle Pugnalle, membre du jury et responsable du Théâtre de l’Aparté, organise le deuxième week end de juin un festival à Saint-Raphaël et a proposé aux cinq auteurs de venir y faire entendre leur texte. Je crois qu’au delà du résultat chaque auteur s’est senti considéré à une place d’auteur et a pu rentrer chez lui avec le sentiment de ne pas avoir perdu son temps. C’est pour moi le premier critère de réussite de nos « rencontres ».
Mais si ces « rencontres » furent une réussite, elles le doivent à tous, chacun de sa place y apportant l’ingrédient nécessaire. Les auteurs avec des textes d’une très bonne qualité d’ensemble. Les membres du jury par une implication qui ne s’est jamais démentie. Les comédiens-lecteurs avec une flamme qui n’a jamais vacillé jusqu’au terme de la dernière lecture. Le public par son écoute attentive et sa participation aux débats suivant les lectures. Et puis bien sûr l’équipe du théâtre et les organisateurs qui, loin des projecteurs, ont uni leurs efforts pour se mettre au service des auteurs.
Dans les jours qui viendront, nous disposerons de photos que nous mettrons en ligne sur le site de notre association : www.niaca.net. Deux personnes gérant un site internet consacré à l’écriture étaient présents pour effectuer un reportage photo qui sera bientôt en ligne : http://www.le-ptit-ecrivain.fr/16e-rencontres-mediterraneennes-des-jeunes-auteurs-de-theatre-2012.html
Dans les semaines qui vont suivre, nous allons faire le bilan des ces « rencontres » et envisager l’avenir. « Qui ne progresse pas régresse » aurait pu dire (au hasard…) Platon. (pourquoi lui ? parce qu’il était grec comme notre vénéré président…) Mais il est vrai, après celle de la Région il y a deux ans, que la désaffection cette année de la SACD ressemble à une régression, et nous voilà obligés de faire vivre ces « Rencontres » avec le même budget qu’il y a 7 ans ! Pardon à tous pour les désagréments que notre fragilité financière occasionne forcément. La bonne volonté est le socle de notre action mais des moyens financiers sont indispensables pour la mettre en oeuvre de manière efficace dans le respect de tous. Il faudra réfléchir à la façon de remédier à ces carences plus que probables.
Il y a des auteurs. Beaucoup. Trop, diront certains esprits chagrins qui ne comprennent pas grand chose à la vie. Si j’osais une image triviale, je dirais que ce n’est pas parce qu’un seul spermatozoïde atteint son but qu’il viendrait à l’idée de supprimer tous les autres. Mais je ne le ferai pas, parce que je ne suis pas certain qu’elle soit tout à fait pertinente… Pourtant il est ici question de vie. La question est la place qui est faite aux auteurs. Pendant nos « rencontres », nous essayons de leur en offrir une, aussi modeste soit-elle. Par la suite certains d’entre eux voient leurs textes vivre sur scène et toucher un public. D’autres continuent leur chemin de manière confidentielle, et presque en s’excusant. Nos lauréats 2003 et 2007 ont été traduits en Iran. Notre lauréat 2008 a été traduit en Pologne. Nous recevons des sollicitations de partenariat auxquelles nous ne pouvons pas toujours répondre. Ces résultats ne sont pas l’oeuvre d’un seul mais la tête de cuvée d’un bouillonnement incessant. Et il reste tant à faire…
Sans entrer davantage dans un discours militant, je crois simplement qu’il s’agit de résister ensemble à l’érosion. Dans le paysage grisonnant que nous promettent nos élites comptables, la culture est une petite colline qui doit rester verte.
Et que chacun n’oublie pas le mot du week end : NIACA ne sert à rien, soit, et ces « Rencontres » ne sont rien d’autre que ce que chacun veut en faire.
Merci de votre attention et à très bientôt, j’espère.
jean-marc weber (secrétaire de Niaca)

Palmarès du concours 2012

Le jury présidé par Sabine Tamisier a choisi de distinguer deux textes très difficiles à départager en raison de leur grande différence de genre : « Comme un parfum d’épices dans les odeurs de menthe » de Louise Caron et « La boutique de disputes » de Laurent Vallerbe. Comment ne pas souligner encore la qualité d’ensemble des 5 textes proposés. « Stranger », « Et pourtant personne n’est mort » et « La chasse aux canards », respectivement de Georgia Doll, Laureline LeBris-Cep et Stéphane Gisbert. Longue route à ces cinq textes ainsi qu’à leurs auteurs. Et merci à eux de nous avoir fait confiance. A signaler que ces cinq pièces ont été invitées en lecture au festival de théâtre de L’Aparté qui se déroule le deuxième week end de juin à Saint-Raphaël.

Le concours Niaca 2012

Voici le résultat de la sélection des 5 textes en concours à Cannes les 29 et 30 septembre prochains :

–         « Comme un parfum d’épices dans les odeurs de menthe » de Louise Caron

–         « Stranger » de Georgia Doll

–         « La chasse aux canards » de Stéphane Gisbert

–         « Pourtant personne n’est mort » de Laureline LeBris-Cep

–          « La boutique de disputes » de Laurent Vallerbe

Un grand merci à tous les auteurs qui ont participé à cette 16ème édition, et un grand bravo à ces cinq-là qui porteront haut les couleurs de l’écriture contemporaine.

21 textes en concours en 2012

« L’appel à manuscrits » en vue du concours d’écriture théâtrale 2012 est clos depuis le 15 avril. Nous avons reçu 21 textes aux qualités inégales mais par conséquent aussi de factures et aux tonalités variées. Pendant que les évaluations se font, il est permis de penser que le cru 2012 est prometteur. La sélection des 5 textes retenus sera effective au plus tard fin juin.

En conservant l’anonymat des auteurs pendant la période des évaluations, les textes reçus, par ordre d’arrivée, sont :

-Des yeux caïmans, de mère en fille

-Aléas

-Le bar des artistes

-Pièces, brèches de vie

-La hiérarchie des louves

-Vivante

-Planète controverse

-Le cabinet des doléances

-Comme un parfum d’épices dans les odeurs de menthe

-Le système Schreber

-Les importés

-Stranger

-Impacts

-Trilogie pour imperméables

-Un amour d’internet

-Le bout d’Alison

-Le goût de Barcelone

-La chasse aux canards

-Pourtant personne n’est mort

-La boutique des disputes

-XX et XY font la paire